chat instagram 2

Tous les jours, des conteneurs chargés à bloc de sacs de litière pour chats partent de chez Intersand, à Boucherville. Direction : les terminaux à conteneurs du Port de Montréal. Destination finale : les quatre coins du monde.

L’animalerie Animaland de l’avenue Prince Hinoi, à Papeete, Tahiti, offre à sa clientèle deux choix de litière : une à contrôle des odeurs et une autre à fragrance de poudre pour bébés. Les deux sont de marque Intersand.

Les Tahitiens propriétaires de chats et clients de l’animalerie ne se doutent peut-être pas qu’ils utilisent une litière québécoise produite à Boucherville, au sud de Montréal.

Le port de Papeete, à Tahiti

Sur tous les continents

« Nous vendons sur tous les continents, dans plus de 45 pays », dit Stéphane Chevigny, fondateur et président-directeur général d’Intersand. « Venez, je vais vous montrer. Une image vaut mille mots ! » Sur un grand mur du siège social d’Intersand, dans le parc industriel de Boucherville, est peinte une carte du monde. Un drapeau marque chacun des distributeurs avec qui Intersand fait affaire. Ils sont absolument partout : Amérique du Nord et Amérique du Sud, Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, Scandinavie, Inde, Israël et Jordanie, Hong Kong, Japon, Corée du Sud, etc.

La popularité du produit tient beaucoup au fait qu’Intersand fabrique la litière surtout à partir d’argile du Wyoming, qui a une propriété absorbante supérieure (cinq fois son poids). Elle s’explique sûrement aussi par la compétence en marketing du grand patron, formé à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Stéphane Chevigny, le fondateur et pdg d’Intersand

Une flotte de camions consacrée à Intersand

Une clientèle mondiale exige forcément une solide logistique de transport et de distribution. Les sacs de litière sont expédiés par conteneurs, environ 7 800 EVP (équivalent vingt pieds) par année ! Tous les jours, des camions, principalement de Transport Robert, viennent chercher des conteneurs. Voisins immédiats dans le parc industriel, Transport Robert consacre à Intersand une flotte de camions qui ne font que ça, la liaison entre Boucherville et le Port de Montréal.

Aux quais, les conteneurs sont embarqués sur des porte-conteneurs qui prendront la direction de l’Europe, de l’Amérique du Sud et même de l’Asie. Avant, les conteneurs à destination de l’Asie se rendaient en train jusqu’au Port de Vancouver, où ils étaient chargés sur des navires. Mais Intersand utilise de plus en plus le service maritime Montréal-Asie, depuis qu’il est offert. « Le temps de transport se compare avantageusement, car il y a beaucoup de congestion sur la côte Ouest », explique Stéphane Chevigny.

Chaque pays a ses goûts particuliers

Chaque conteneur a une destination précise, parce que les produits sont adaptés aux caractéristiques des clientèles de chaque pays : par exemple, les Allemands sont fous de la fragrance de poudre pour bébé, tandis que les Taiwanais adorent l’odeur de lavande, et que les Scandinaves craquent pour la pomme grenade. Au Québec, demandez-vous? Et bien ce sont les litières non-parfumées qui l’emportent !

Les formats diffèrent également : dans les pays où on fait ses courses en scooter, les clients optent pour les petits sacs, contrairement aux Américains qui préfèrent les gros formats.

Une usine zéro déchets !

La fréquentation de ses clients européens pendant 25 ans a contribué à sensibiliser Stéphane Chevigny et son équipe au respect de l’environnement. L’homme d’affaires québécois est fier d’affirmer que son usine est « zéro déchet ». Tout ce qui peut l’être est recyclé, réutilisé et composté. « On ne met pas plus de vidanges à la rue qu’une maison privée », dit ce patron de 85 employés. En 2008, il a équipé l’édifice d’un mur solaire qui fournit de l’énergie en hiver. Il met des voitures électriques à la disposition des employés qui doivent se déplacer.

« La moitié de mon équipe est composée de jeunes. Ils ont grandi en entendant parler de l’environnement et ils nous en parlent ! »

Les affaires d’Intersand vont bien et nul doute que l’entreprise de Stéphane Chevigny demeurera un bon client du Port de Montréal pour longtemps.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, en 2017, le Québec a exporté des produits pour une valeur de 85,1 G$. Au Port de Montréal, ce sont près de sept millions de tonnes métriques de marchandises conteneurisées qui ont été expédiées vers des marchés étrangers.

À découvrir aussi :